Le flacon mutilé au fond de la citerne : état sanitaire et analyse organique ou le témoignage archéologique d’une recette médicinale de Pline l’Ancien

Une citerne comblée dans les années 10-30 de notre ère, provenant du quartier artisanal de l’agglomération antique d’Amboise (Indre-et-Loire) a livré un flacon balustre complet à la base du comblement détritique. Ce vase nous a interpellé en raison du double graffiti (évoquant deux « A ») et des multiples mutilations qu’il a subies au niveau de la lèvre, de la panse et du pied, réalisés à l’aide de différents ustensiles (clou, lame, pierre ou marteau). Malgré tout, le vase n’est que fissuré : il y a donc eu volonté de le dé-fonctionnaliser, tout en le préservant du bris. Pour tenter d’éclairer les motivations d’un tel traitement, une analyse organique de son contenu a été réalisée par le Laboratoire Nicolas Garnier (LNG).

Fig. 1 : Le flacon mutilé d’Amboise. N. Holzem, Inrap.
Fig. 2 : Détail de la mutilation de la lèvre. S. Linger-Riquier, Inrap.
Fig. 3 : Détail d’une mutilation de la panse. S. Linger-Riquier, Inrap.
Fig. 4 : Détail des mutilations de la panse, vue de la face interne. S. Linger-Riquier, Inrap.

Analyse

L’analyse en GC-MS révèle un contenu complexe, mettant en œuvre au moins 5 ingrédients : poix de conifère, corps gras d’un animal non-ruminant, raisin noir (faible fermentation), cires de Brassicaceae, provenant probablement de feuilles de radis (Raphanus sativus L.), ainsi qu’une grande quantité de soufre minéral, ce dernier étant nécessairement importé en Touraine, selon des modalités qui restent à préciser.

Fig. 5 : Radis (Raphanus sativus L.). D’après : A. Masclef 1891, Atlas des plantes de France.
Fig. 6 : Dépôt de soufre sur le Vulcano (Sicile). Michel Detay (https://veto-homeo-phyto.fr/sulfur/)

Interprétation

S’agit-il d’un vase remployé pour des libations ou des fumigations ? Cela ne semble pas être le cas, car la recherche dans les sources nous a conduit à identifier une recette relatée par Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, XXIV, 23) incluant 4 des 5 ingrédients : « […] La poix est échauffante, cicatrisante. […] Avec des raisins secs et de l’axonge1, elle déterge les anthrax et les ulcères putrides ; avec l’écorce de pin ou le soufre, les ulcères serpigineux. ».

On sait, par ailleurs, que l’huile de radis est vendue comme remède topique en Italie romaine et que selon Pline « le raifort pilé s’emploie en liniment contre le phlegmon » et que « la graine [de radis ou de raifort] dans de l’eau, arrête les ulcères qu’on nomme phagédénique » (Pline, H.N., XX, 4). L’ajout de cet ingrédient à la préparation précédente apparaît donc tout à fait cohérent et viserait à lutter contre une infection cutanée mycobactérienne et contagieuse, même si l’origine exacte du mal n’était pas identifiée durant l’antiquité.

Les vertus thérapeutiques de chaque ingrédient confèrent à la préparation des propriétés échauffante, détergente, astringente et cicatrisante (la poix), antiseptique et anti-inflammatoire (les raisins secs et le radis), émolliente et calmante (la graisse animale), antifongique et désinfectante (le soufre).

Utilisé en application externe et destiné à soigner une infection de type ulcère ou érysipèle, ce topique devait avoir la consistance d’un liniment plutôt que d’un onguent, au regard de la forme élancée du flacon. Cette recette, d’origine méditerranéenne en raison de la présence de soufre, devait être efficace puisque son contexte est antérieur d’une cinquantaine d’année au témoignage de Pline. À ce jour, il s’agit d’un des rares exemples de témoignage archéologique d’une donnée historique.

Bibliographie

  • COUDERC, Agnès (dir.). (2019). Fouille d’une parcelle du quartier sur de l’oppidum d’Amboise (IIe av.-IIIe s. ap. J.-C.) : Centre-Val de Loire, Indre-et-Loire, Amboise, 19 rue du Petit Bonheur (rapport de fouille). Pantin: Inrap Centre-Île-de-France. 494 p. <http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0156657>.
  • LINGER-RIQUIER, Sandrine, GARNIER, Nicolas, COUDERC, Agnès & FOURRÉ, Alix. (à paraître). Le flacon mutilé au fond de la citerne : état sanitaire et analyse organique » : Actes du Congrès de la SFECAG, Lyon, déc. 2020.
  • PLINE L’ANCIEN, LITTRÉ, Émile. (1877). Histoire naturelle de Pline : avec la traduction en français par par M. É. Littré. Tome 2. Paris : Firmin-Didot et Cie. <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c>.

Pour citer ce billet : LINGER-RIQUIER, Sandrine. « Le flacon mutilé au fond de la citerne : état sanitaire et analyse organique ou le témoignage archéologique d’une recette médicinale de Pline l’Ancien. » Dans AlThéRé, 9 avril 2019, https://althere.hypotheses.org/336.


Note
  1. Vieille graisse de porc (Pline, H.N., XXVIII, 135) []

Sandrine Linger-Riquier

Responsable du PCR Althéré (Alimentation et Thérapeutique en Région Centre. Recherches sur le contenu des récipients) / Inrap - UMR 7324 CITERES "Laboratoire Archéologie et Territoires" / Centre de recherches archéologiques Inrap - 525 avenue de la Pomme de Pin - 45590 Saint-Cyr-en-Val / sandrine.riquier@inrap.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search