Une thérapeutique méditerranéenne du début du Ier s. en Touraine

Découvert en 1909, lors de la fouille de la nécropole de La Haute Cour à Esvres-sur-Indre (Indre-et-Loire) (Bobeau, 1909), le pot dont il est question ici est issu d’une sépulture d’adulte, d’âge et de sexe indéterminés, attribuable à la première moitié du Ier s. de notre ère.

« OPIATA » ou « OPTATA » ?

Le dessin publié de ce pot a attiré notre attention en raison de l’inscription « OPIATA » gravé à la pointe sèche sur l’épaulement. Ainsi, il s’agirait de la forme nominative pluriel d’opiatum, relatif à l’opium, à l’image des pots à pharmacie moderne ! Ce qui serait très étonnant car en l’état des connaissances, ce terme n’est pas attesté dans les textes avant XIIIe s.1.

Effectivement, l’examen direct de l’objet montre que le scripteur a fait une erreur de lecture de la graphie : il faut lire « OPTATA », un cognomen féminin très répandu en Gaule romaine2. Il s’agit donc probablement d’une marque de propriété (désignant le défunt ?).

Fig. 1 : Dessin publié du pot d’Esvres-sur-Indre. O. Bobeau, 1909, fig. 14.
Fig. 2 : Détail du graffiti OPTATA. S. Linger-Riquier, Inrap.
Fig. 3 : Prélèvement en cours. S. Linger-Riquier, Inrap.

Analyse organique

L’analyse en GC-MS par le LNG d’un échantillon de poudre prélevé au fond du vase a révélé la présence de marqueurs chimiques très concentrés provenant d’un jus de fruit à pulpe particulièrement riche en acide malique fermenté, d’un produit laitier non fermenté, de résine de conifère (Pinus sp. exclues) et d’un pic très net d’acide ricinoléique, corrélé à l’huile de ricin, associés à des traces d’autres matériaux mineurs non identifiés. L’absence des marqueurs chimiques de dégradations thermiques exclus un chauffage long et prolongé des corps gras animaux et végétaux. Dans l’absolu, ces composés peuvent provenir d’une ou plusieurs utilisations du vase. Cependant, la présence particulière d’huile de ricin – qui n’entrait pas dans l’alimentation comme on le verra plus loin – oriente d’emblée l’hypothèse d’une médication (ou d’un empoisonnement !).

Le jus de fruit fermenté

Fig. 4 : Détail de la corbeille de fruits de la peinture murale de la maison de Julia Felix, Pompéi, Ier s. [Source]

D’après Pline, la liste des vins de fruits est assez longue (H.N., XIV, trad. André 2003 : 102-104). La plupart seraient, à la lecture des sources – maigres il est vrai – des vins médicinaux obtenus par macération des fruits dans du moût, qui n’entraient pas dans l’alimentation (André, 2009, p. 173).

Ici, le fruit détecté est caractérisé par sa richesse en acide malique, qui est présent dans de nombreux fruits et baies aux premiers rangs desquelles se placent les pommes, les poires, les cormes, mais également les cynorrhodons, les coings, les nèfles, les fruits des Prunus, d’aubépine, ainsi que les groseilles et les cassis, les myrtilles et autres airelles : impossible en l’état des connaissances actuelles de préciser lequel de ces fruits est impliqué ici.

En l’absence d’identification précise de la source, on peut seulement évoquer le caractère diurétique des jus de fruits riche en acide malique (Denis-Dumont, 1881). Actuellement, ce type de boisson semble constituer un agent chélateur3 recommandé pour détoxifier l’organisme de ses métaux lourds4.

Le lait5 dans la thérapeutique grecque et romaine

Le produit laitier détecté dans le vase n’est pas fermenté, ce qui exclut le fromage. En l’état, l’animal qui a fourni ce lait n’est pas identifié. Outre son caractère alimentaire, on insistera dans ce contexte précis sur son utilité thérapeutique, relaté de façon unanime par les médecins.

Fig. 5 : Porteuse de lait. Enluminure illustrant le XIIIe chapitre du lait du manuscrit de Pierre Farget, De proprietatibus rerum, XVe siècle. [Source]

Dans le corpus hippocratique, des cures de lait sont prescrites à un malade pour purger, purifier et évacuer les substances nocives du corps (Hippocrate, Des maladies des femmes, I, 63). La technique consistait à administrer différents laits du plus évacuant au plus resserrant, en commençant par du petit-lait (ou à défaut du lait d’ânesse), suivi de lait bouilli de chèvre, en terminant par du lait chauffé de vache (Auberger, 2001, p.152). Les laits sont donnés cuits lorsqu’ils doivent être évacuants, alors qu’ils sont crus quand il s’agit de nourrir et de fortifier le malade. Le lait de vache, « à la fois purge, nourrit et amortit » (Hippocrate, Maladies des femmes, I, 121). Effectivement, au IVe s. av. J.-C., Démosthène rappelle que voir entrer du lait d’ânesse dans une maison laisse penser qu’il y a un malade, mais, « c’est pour rétablir la santé qu’on l’apporte » (Démosthène, 27, 5), anecdote reprise 4 siècles plus tard par Plutarque. Pour Dioscoride, le lait calme les spasmes, les coliques (M.M., I, 91, 1) et les brûlures d’estomac (M.M., II, 70, 6) (Auberger, 2001, p. 153-155). Le lait apparait donc pour les grecs comme un élément calmant, émollient (en usage interne ou externe), laxatif et relâchant pour le ventre et les intestins (laits d’ânesse ou de chèvre cuits), et ce d’autant plus si, comme le souligne Théophraste (Recherches sur les plantes, IX, 15, 4), les bêtes (ânesse, vache, jument, chèvre ou brebis) ont préalablement brouté des plantes laxatives, propriétés qui peuvent donc varier en fonction de la saison (Auberger, 2001, p.155).

La propriété purgative du lait est également soulignée par Nicandre de Colophon en médecine iologique6 : le lait intervient ainsi dans 9 des 22 antidotes aux poisons végétaux ou animaux mentionnés dans ses Alexipharmaques (Jacques, 1955) : le lait, frais ou qui commence à coaguler, de vache, et dans une moindre mesure de brebis, d’ânesse ou même de femme, tient un rôle tout aussi important que le vin, soit comme excipient, soit comme remède à part entière. De concert avec les iologues, Dioscoride et Pline voient le lait comme l’antidote absolu aux envenimations, animales notamment. Il est administré massivement au malade, avec un produit gras, en boisson ou en injection anale, afin d’évacuer rapidement le poison du corps, par le haut ou par le bas (Jacques, 2008, p. 53-54). Celse l’intègre notamment dans ces antidotes contre la consommation accidentelle de cantharides et de jusquiame (Traité de médecine, V, XXVII, 12). Il rappelle que « les anciens provoquaient la purgation dans presque toutes les maladies, à l’aide de différents médicaments et de lavements fréquents », parmi lesquels du lait d’ânesse, de vache ou de chèvre, auquel ils ajoutaient un peu de sel, faisaient bouillir et donnaient à boire le petit lait. Pour lui, le lait est un aliment doux, nourrissant et relâchant pour le ventre qui convient pour purger en cas de maladie fiévreuse longue (Traité de médecine, II, XII, 1 ; III, XXII) ou d’excès d’urine (IV, XXVII, 27). Mais le lait lui-même peut devenir un poison s’il caille dans l’estomac : il faut alors l’évacuer (idem, V, XXVII, 12).

La résine de conifère

Fig. 6 : Résine s’écoulant de l’écorce d’un résineux. [Source]

La résine de conifère (Pinus sp. exclues) pourrait provenir de l’imperméabilisation du récipient, mais la quantité détectée suggère qu’elle figure parmi les ingrédients inclus dans cette préparation. La résine est en effet largement utilisée en thérapeutique durant l’antiquité, en particulier pour la confection d’emplâtres cicatrisants (Hippocrate, Ulcères : 21, VI, 42 ; 22, VI, 428, De la nature de la femme : 359, 399 ; Dioscoride, M.M. 1, 91 s, Galien, XIII, 589 ss) et suppuratif (Celse, Traité de Médecine, V, XXVIII, 8). On la trouve également dans des préparations d’usage interne pour des infections respiratoires (Hippocrate, Des maladies, II, 47) et de médicaments émollients (Hippocrate, Des plaies, 21, VI, 424 s). Est-ce cette propriété qui est recherchée ici ?

Le ricin (Ricinus Communis L.)

L’huile de ricin est produite à partir des graines du Ricinus communis L., une plante d’origine subtropicale (Afrique, Inde ?) qu’il est peu probable de trouver acclimatée en Touraine au Ier s. de notre ère. Il s’agit plus vraisemblablement d’une importation.

La détection de cette huile constitue la première attestation en Gaule pour une période aussi précoce (Linger et coll., 2016), qui reste toute aussi discrète jusqu’au Moyen Âge (Figueiral et coll., 2020).

Si la production et/ou la consommation massive d’huile de ricin, est reconnue en Grèce, au Maroc et en Italie dans différents types d’amphores de l’antiquité tardive (Pecci et coll., 2010 ; Pecci & d’Andria, 2014), nous ne disposons en revanche d’aucune information concernant le mode de transport ou encore l’importance de la commercialisation d’une telle substance à une période aussi haute.

Fig. 7 : Ricinus communis L. D’après Köhler’s Medizinal-Pflanzen. [Source]
Fig. 8 : Ricinus communis. Cliché S. Linger-Riquier, Inrap.
Fig. 9 : Kiki. D’après le manuscrit de Dioscoride commenté par Matthiole, IV, 158.

Usages techniques et thérapeutiques du ricin en Égypte

Mentionnés à plusieurs reprises dans différents papyrus médicaux égyptiens depuis le XVIe s. av. notre ère, les remèdes préparés avec du ricin sont destinés soit à un usage interne pour chasser du corps ses altérations et sa vermine (quelques graines mâchées avec de la bière pour les hommes), soit à un usage externe (onction d’huile de graine) pour déterger les irruptions cutanées, « chasser les maux de n’importe quel endroit du corps (onction de graines écrasées dans du miel) ou au contraire pour faire pousser les cheveux des femmes. Les graines peuvent également être utilisées pour une fumigation (Bardinet, 2001) et elles seraient les meilleurs pour la fabrication de la résine destinée à l’embaumement (Monod, 1950 ; Girard & Maley, 1987).

La racine du ricin, quant à elle, écrasée dans l’eau, est mise sur la tête pour en faire disparaitre la douleur (Ebers : Bardinet, 2001, p. 290). Elle entre également dans une préparation destinée à être bue pour soulager la douleur de la région pubienne.

La partie-hemou (?) du ricin entre dans la composition d’un remède pour le larmoiement de l’œil (idem : 307) ou pour rafraichir le corps (Chester Beaty n°VI : Bardinet, 2001, p. 458).

Enfin, les feuilles du ricin servent également comme bandage après application d’un emplâtre sur une brûlure (Londres, L.46 : Bardinet, 2001, p. 490) ou une morsure de serpent (Brooklyn 44b, 62a, 72d : Bardinet, 2001 p. 530, 536, 539). L’omniprésence de cette plante en Égypte y est confirmée par de nombreuses attestations archéologiques (Dodinet & Garnier, à paraître).

Le ricin dans le monde grec et romain

La plante est mentionnée pour la première fois dans le monde grec par Hérodote au Ve s. av. J.-C., qui précise que ce kiki est cultivé en Égypte, alors qu’elle est naturalisée en Grèce où elle est appelée de la même façon. Il précise que l’huile, produite à partir des graines par pression ou décantation est bonne pour les lampes, mais dégage une odeur forte et désagréable (Histoires, II, 948).

Citée sans détail par Théophraste au IVe s. av. J.-C. (I, 10, 1, III, 18, 7), pour Pline, cette huile, très abondante en Égypte et cultivée en Espagne, est repoussante dans les aliments, mais bonne à brûler (H.N., XV, 7), mais comme elle est trop grasse, elle donne peu de lumière. Selon lui, l’huile de ricin était également utilisée dans le domaine artistique et recommandée comme vernis de peintures à la détrempe, pour les protéger de l’humidité (LEKA 2012 : 279). Elle donnerait de la clarté à la peau et ferait pousser les cheveux (H.N., XXIII, 41((https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c/f164))). Dioscoride précise également qu’elle est inutile en alimentation et employée uniquement pour les lampes et les emplâtres (M.M., IV, 165). Les feuilles peuvent être utilisées en application sur l’érysipèle ou les inflammations. Celse intègre de l’huile de ricin (cicinum) dans un de ces acopes ( = liquide pour faire des onctions) destiné à purger et combler les ulcères (Traité de médecine, V, 24, 39). La propriété siccative de l’huile de ricin a par ailleurs été soulignée par Aétios d’Amida, médecin grec du VIe s. ap. J.-C. (Leka, 2012, p. 279), elle aurait ainsi des propriétés anti-inflammatoire, calmante, cicatrisante et asséchante.

En usage interne, le ricin est également mentionné comme purgatif depuis l’époque hippocratique (Hippocrate, De la nature de la femme : 359 ; Dioscoride, M.M., IV, 165 ; Pline l’Ancien, H.N., XXIII, 41) et son action serait bénéfique sur les hypocondres, les maladies des articulations, pour toutes les duretés, les affections de la matrice et des oreilles, ainsi que les brûlures (H.N., XXIII, 41) et semble surtout utilisé pour son action anthelminthique10 (Dioscoride, M.M., I, 38).

Le ricin depuis le XIXe s. : entre médication et instrument de torture

Ses utilisations restent inchangées dans les traités médicaux du XIXe s. L’huile de ricin doit être dosée en fonction de la constitution du malade. Comme elle est très épaisse, presque inodore mais très puissante, il est conseillé de la diluer avant son administration, dans de l’eau sucrée, du lait (Mérat & De Lens, 1837, p.8611), du bouillon dégraissé, de la bière ou du jus d’orange, ce qui aurait l’avantage de masquer sa saveur, douceâtre puis nauséeuse (Fournier, 2010, p. 828-829).

Au XXe s., l’huile de ricin constitue l’un des instruments de torture utilisé par « les chemises noires » dans l’Italie fasciste de Mussolini pour humilier leurs adversaires politiques : ils les forçaient à avaler de fortes doses d’huile de ricin, qui provoquait de terribles diarrhées, suivie d’une déshydratation parfois mortelle. Ils ajoutaient parfois de l’essence à l’huile pour s’assurer de l’issue fatale du traitement. En Allemagne, cette méthode a inspiré les nazis pour torturer les citoyens juifs-allemands. Les services secrets soviétiques mettront au point leur fameux « parapluie bulgare » durant la guerre froide pour administrer à leurs ennemis une dose létale de ricine12.

Actuellement, pour lutter contre les vers intestinaux, il est préconisée de prendre une préparation naturelle soit faite de lait chaud et deux cuillères d’huile de ricin, jusqu’à ce que l’infection disparaisse, soit de « prendre une décoction de fougère mâle, suivie d’une potion purgative dans laquelle rentre l’huile de ricin »13.

Une ou plusieurs préparations ?

La recherche dans les sources d’une recette impliquant conjointement les quatre ingrédients identifiés dans le pot d’Optata est restée infructueuse. Il n’est donc pas assuré qu’il s’agisse d’une préparation unique. On soulignera cependant que l’orientation thérapeutique de chaque ingrédient – huile de ricin (anthelminthique, purgatif), jus de fruits fermenté riche en acide malique (diurétique), résine (émolliente) et dans une moindre mesure lait (évacuant) – à l’appui des témoignages antiques, apparait convergente, voire complémentaire. Il ne semblerait donc pas contradictoire de les voir associés dans une seule préparation. D’autant plus que, depuis l’époque hippocratique14, les médecins sont conscients de la porosité de l’argile et insistent sur l’emploi de vases en terre neufs afin d’éviter toute interaction indésirable avec un éventuel composé précédent. Quoiqu’il en soit, que les ingrédients aient été pris successivement ou mêlés dans une préparation unique, la finalité anthelminthique et évacuante des différents composés semble acquise, l’un pouvant renforcer – ou adoucir –  l’action de l’autre. Sources de pathologies diverses plus ou moins graves liées à l’alimentation, les modes de vies ou d’hygiène, les vers intestinaux sont mentionnés dans les papyrus médicaux égyptiens (Bardinet, 2001, p.178), comme durant l’antiquité grecque et romaine (Dufour, 2015). Révélateurs de l’état de santé des populations anciennes, ils témoignent d’un problème récurrent et dont les attestations archéologiques commencent se multiplier grâce à la paléo-parasitologie (Le Bailly, Maicher & Dufour, 2017). Les informations archéologiques lacunaires du contexte de notre vase ne permettent malheureusement pas de vérifier ces données.

Une préparation d’origine méditerranéenne

Cette médication probablement adaptée à une pathologie liée à la présence de vers intestinaux, était manifestement destinée à Optata, comme indiqué sur le pot.

On notera par ailleurs que la propriété anthelminthique de l’huile de ricin est identique à celle de plantes endémiques telles que la fougère mâle (ratis gaulois15) ou femelle (Théophraste, Recherches sur les Plantes, IX, 18, 8, cf. Grégoire, 2009, p. 37-38) ; Dioscoride, M.M., IV, 178, 179 ; Galien, De simpl. Med., VIII) et dans une moindre mesure, l’armoise (Pline, H.N., XXVI, 90), qui devaient pourtant être facilement accessibles. Dans les recettes des traités médicaux du XIXe, on retrouve d’ailleurs fréquemment la fougère mâle, prise en alternance avec l’huile de ricin pour lutter contre différents vers intestinaux (Nysten, 1824, p. 381, 735 ; Fabre, 1841, p. 919, 929 ; Mérat & De Lens, 1837, p. 519 ; Cazin, 1868, p. 917). Quoiqu’il en soit, en Touraine durant le Ier s. de notre ère, l’huile de ricin constitue sans conteste une substance exotique certainement importée (d’Égypte ou d’Espagne ?), selon des modalités qui restent à définir. Mais, s’agissant d’une substance hautement toxique, sa mise en œuvre dans une préparation à usage interne nécessite des compétences médicales très spécifiques pour que sa consommation ne soit pas dangereuse, voire létale.

Bibliographie

  • ANDRÉ, Jacques. (2009). L’alimentation et la cuisine à Rome. Les Belles Lettres, réed. 2009.
  • AUBERGER, Janick. (2000). Du prince au berger, tout homme a son content de fromage…, Odyssée, 4, 87-88. Revue des Études Grecques, 113, 1-41. Disponible en ligne sur <https://www.persee.fr/doc/reg_0035-2039_2000_num_113_1_4394> (consulté le 6/11/2020).
  • BARDINET, Thierry. (1995). Les papyrus médicaux de l’Égypte pharaonique. Paris : Fayard (réed. 2001). 951 p.
  • BOBEAU, Octave. (1909). Fouilles dans un cimetière gallo-romain à Esvres (Indre-et-Loire). Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, 216-230.
  • DENIS-DUMONT, Édouard-Pierre-Léonor. (1881). Le cidre et la maladie de la pierre en Basse-Normandie, propriétés médicinales et hygiéniques du cidre, 1ère partie, leçons 1-3. Disponible en ligne sur <http://www.bmlisieux.com/normandie/dumont01.htm> (consulté le 6/11/2020).
  • CAZIN, François-Joseph (1868). Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes. Paris. Disponible en ligne sur <https://uses.plantnet-project.org/fr/Ricin_(Cazin_1868)> (consulté le 6/11/2020).
  • DODINET, Élisabeth & GARNIER, Nicolas. (à paraitre). Méthodes biochimiques et botaniques pour l’identification de matériaux biologiques archéologiques. Dans Les produits biologiques en Italie et Gaule préromaines. Produits alimentaires, médicinaux, magico-religieux, cosmétiques : actes du colloque de l’école française de Rome, 16-18 nov. 2015.
  • DUFOUR, Benjamin. (2015). Synthèse de données et nouvelle contribution à l’étude des parasites de l’époque romaine, et apports méthodologiques de l’extraction des marqueurs au traitement des résultats. Besançon : Université de Bourgogne Franche-Comté. Disponible en ligne sur <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01369023/file/these_A_DUFOUR_Benjamin_2015.pdf> (consulté le 6/11/2020).
  • FIGUEIRAL, Isabel, CHEVILLOT, Pascale, MARTIN, Sophie, IVORRA, Sarah, PAONE, Françoise, SAGETAT-BASSEUIL, Elsa, DE LUCA, Brigitte et coll. (2020). (Sub)urban gardens from Provence (Southern France, 14th–17th century) and the presence of Ricinus communis. Dans Vegetation History and Archaeobotany. The Journal of Quaternary Plant Ecology, Palaeoclimate and Ancient Agriculture. Official Organ of the International Work Group for Palaeoethnobotany. <https://doi.org/10.1007/s00334-020-00785-z>.
  • FOURNIER, Paul-Victor. (1947). Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paris (réédition 2010).
  • GAFFIOT, Félix. (1934). Dictionnaire illustré latin-français. Paris : Hachette. Disponible en ligne sur <https://micmap.org/dicfro/search/gaffiot> (consulté le 6/11/2020).
  • GRÉGOIRE, Pauline. (2009). Entre alimentation, hygiène et médecine : le vocabulaire de l’administration des simples dans le livre IX des Recherches sur les plantes de Théophraste, Université de Liège Faculté de Philosophie et Lettres, Département des Sciences de l’Antiquité, 2009, 121 p. Disponible en ligne <http://web.philo.ulg.ac.be/cedopal/wp-content/uploads/sites/29/pdf/p_gregoire_entre_alimentation.pdf> (consulté le 6/11/2020).
  • GIRARD, Michel & MALEY Jean. (1987). La sépulture féminine du cercueil en plomb du quartier Trion-Gerlier de Lyon (IVe siècle après J. C.) Analyses polliniques. Revue archéologique de l’Est et du Centre Est, 50, 397-410. Disponible en ligne sur <https://www.persee.fr/doc/mhnly_0373-6636_1987_num_25_1_1088> (consulté le 6/11/2020).
  • HÉRODOTE. Histoires (traduit du grec par Larcher, tome 1). = https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203223n/f182.image
  • JACQUES, Jean-Marie. (1955). Les « Alexipharmaques » de Nicandre. Revue des Études Anciennes, 57 (1-2), 5-35. Disponible en ligne sur <https://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1955_num_57_1_3519> (consulté le 6/11/2020).
  • JACQUES, Jean-Marie. (2008). L’animal et la médecine iologique : à propos de Nicandre de Colophon. Dans Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine : actes du colloque international, 26-27 oct. 2006, Lyon. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Jean Pouilloux (p. 49-61). Disponible en ligne sur <http://www.persee.fr/doc/mom_0151-7015_2008_act_39_1_1000> (consulté le 6/11/2020).
  • KÖHLER, Adolf & PABST, Gustav. (1887). Köhler’s Medizinal-Pflanzen in naturgetreuen Abbildungen mit kurz erläuterndem Texte: Atlas zur Pharmacopoea germanica, band 1. Disponible en ligne sur <https://it.wikipedia.org/wiki/Koehler%27s_Medizinal-Pflanzen#/media/File:Koehlers_titel.jpg> (consulté le 6/11/2020).
  • LE BAILLY, Matthieu, MAICHER, Céline & DUFOUR, Benjamin. (2017). La paléoparasitologie. Les nouvelles de l’archéologie, 148, 45-49. Disponible en ligne <https://journals.openedition.org/nda/3724?lang=en> (consulté le 6/11/2020).
  • LEKA, Evridiki. (2012). L’emploi des huiles, des onguents et des parfums dans l’entretien des statues en Grèce ancienne » : p. 279, dans F. Dominique & H. Laurent (dir.), Les huiles parfumées en méditerranée occidentale et en Gaule, VIIIe s. av.-VIIIe s. apr. J.-C. : actes du colloque de l’École française de Rome, 16-18 nov. 2009, Rome. Naples : Centre Jean Bérard ; Rennes : Presses universitaires de Rennes. Disponible en ligne sur <https://www.academia.edu/> (consulté le 6/11/2020).
  • LINGER-RIQUIER, Sandrine, JAEGGI, Sandra, GARNIER, Nicolas… et coll. (2016). Toubib or not toubib ?  À propos des analyses organiques de quelques vases en contexte funéraire en Touraine et en Berry (Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C.). Dans Actes du congrès de la SFECAG, 5-8 mai 2016, Autun (p. 315-328). Marseille : SFECAG. Disponible en ligne sur <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01773827> (consulté le 6/11/2020).
  • MÉRAT, François-Victor & DE LENS Adrien-Jacques. (1837). Dictionnaire universel de matière médicale et de thérapeutique générale (Volume 4). Bruxelles. Disponible en ligne sur <https://books.google.fr/books?id=eTQUAAAAQAAJ&pg=PA86&lpg=PA86&dq=ricin> (consulté le 6/11/2020).
  • MONOD, Théodore. (1950). Florule de Bilma (Sahara nigéro-tchadien) ». Dans Actes de la conférence internationale des Africanistes occidentaux, II, Lisbonne (p. 11-200).
  • NYSTEN, Pierre-Hubert. (1833). Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire. Paris (5e édition). Disponible en ligne sur <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201318z.texteImage> (consulté le 6/11/2020).
  • PECCI, Alessandra, GIORGI, Gianluca, SALVINI, Laura, CIRELLI, Enrico, AUGENTI, Andrea, BERNAL CASASOLA, Dario, PAPI, Emanuele, BOTARELLI, Lucia & ANGEL CAU ONTIVEROS, Miguel. (2012). Castor oil in Late Antique amphorae and jugs. Dans F. Dominique & H. Laurent. (dir.), Les huiles parfumées en méditerranée occidentale et en Gaule (p. 83-92).
  • PECCI, Alessandra & D’ANDRIA, Francesco. (2014). Oil production in Roman times : Residue analysis of the floors of an installation in Lecce (southern Italy). Journal of Archaeological Science, 46, 363-371. <https://doi.org/10.1016/j.jas.2014.03.019>.

Pour citer ce billet : LINGER-RIQUIER, Sandrine. « Une thérapeutique méditerranéenne du début du Ier s. en Touraine. » Dans AlThéRé, 6 novembre 2020, https://althere.hypotheses.org/703.


Notes
  1. Première mention en 1250 d’après le Dictionary of Medieval Latin from British sources (information M. Bats, que nous remercions). []
  2. 20 occurrences dans le C.I.L., XII, et 44 pour le versus masculin Optatus. Ce terme signifie également « agréable », « désiré », « souhaité » (GAFFIOT 1934, 1086, https://micmap.org/dicfro/search/gaffiot/optata). []
  3. En chimie, un chélate est un corps qui possède la capacité de fixer des cations métalliques en constituant un complexe stable non ionisé, non toxique, et facilement éliminé par le rein : https://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie-medicale/agent-chelateur []
  4. L’acide malique et ses propriétés : https://www.hsnstore.fr/blog/complements/energie-et-endurance/acide-malique []
  5. Sur l’usage du lait voir : https://ancientmilk.eu/ et les recherches pilotées par Dominique Frère (UBS) : https://laitages.hypotheses.org/ []
  6. Médecine relative aux venins et aux poisons. []
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6298648j/f329 []
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k203223n/f182.image []
  9. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6298648j/f329 []
  10. Vermifuge []
  11. https://books.google.fr/books?id=eTQUAAAAQAAJ&pg=PA86&lpg=PA86&dq=ricin []
  12. https://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_de_ricin []
  13. https://www.remedesnaturelsattitude.com/comment-traiter-les-vers-intestinaux-naturellement-eliminer-vers-intestinaux/ []
  14. Hippocrate, Des maladies, II, 56 ; III, 17 ; Des affections internes : 27, 52, De la nature de la femme : 107… Pline l’Ancien se fait également écho (H.N., XXVIII, p. 18, 33, 37). https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c.texteImage []
  15. Marcellus, 25, 37. []

Sandrine Linger-Riquier

Responsable du PCR Althéré (Alimentation et Thérapeutique en Région Centre. Recherches sur le contenu des récipients) / Inrap - UMR 7324 CITERES "Laboratoire Archéologie et Territoires" / Centre de recherches archéologiques Inrap - 525 avenue de la Pomme de Pin - 45590 Saint-Cyr-en-Val / sandrine.riquier@inrap.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search