L’armoise ou la transmission des savoirs thérapeutiques

Par Sandrine Linger-Riquier et Nicolas Garnier

Contexte

Fig. 1 : Gobelet à col tronconique portant le graffiti végétalisant de la sépulture 5.20 de la nécropole de Lazenay à Bourges. S. Linger-Riquier, Inrap.

Cet article s’intéresse à un graffito végétalisant gravé sur le col d’un gobelet du IVe s. de notre ère (fig. 1).  Découvert en 1991 lors de la fouille de la nécropole du Bas Empire de Lazenay à Bourges (Cher) (Fourré, 20071), ce gobelet était déposé près de la tête d’un défunt adulte, dont les ossements mal conservés n’ont pas permis de préciser l’âge et le sexe (Durand, 2005). De nombreux graffiti, notamment épigraphiques, étaient figurés sur les vases de cette nécropole, et témoignent d’une grande hétérogénéité quant à leur complexité. Ils vont en effet d’un duo nomina avec filiation au simple cognomen, d’un début d’abécédaire à un simulacre d’écriture (suite de bâtonnets), certains motifs sont de type géométrique (Fourré, 2007)2, alors que les deux derniers, dont celui qui fait l’objet de cet article, sont de type végétalisant (Linger et al., 2016, p. 319)3. Cet article s’interroge dès lors sur la signification d’inscription sur les vases : s’agit-il d’une marque de propriété ou plutôt d’une référence au contenu du récipient ?

Analyse

L’analyse organique de l’imprégnation des parois internes du vase réalisée par le LNG (couplage des méthodes GC-MS), a révélé les marqueurs d’un dérivé de raisin noir et ceux d’une matière grasse provenant d’un animal ruminant. Bien plus intéressant, il semble que ce vase ait contenu une importante quantité d’huile végétale et une décoction d’Astéracée, probablement une armoise (Artemisia sp.), d’après les marqueurs chimiques identifiés (Lavrieux et al., 2011).

La famille des Astéracées réunit de nombreuses espèces (fig. 2) encore difficiles à discriminer par ce type d’analyse. En considérant le secteur géographique berrichon, il pourrait s’agir, entre autres, de plantes endémiques telles que l’Artemisia absinthium L., l’absinthe ou l’Artemisia vulgaris L., l’armoise (espèce la plus répandue), considérée comme le bricumus/briginus gaulois (André, 1956). Bien que l’une et l’autre espèces soient utilisées en médecine depuis l’Antiquité, d’autres disponibles localement, ne peuvent être exclues.

Fig. 2 : Différentes espèces d’armoise. D’après Matthiole, commentaires du De Materia Medica de Dioscoride, III, 113 : « Auronne masle » (p. 400), Armoise (p.479), Alvine ou Absinse (p.397). <https://www.biusante.parisdescartes.fr>.
Fig. 3 : Exemple de micro-vase de Saint-Dizier (hauteur : 5 cm) ayant contenu un onguent à l’armoise. Dessin : P. Pihuit (d’après Aü-Delor et al., 2014, fig.13, n°42).

Des préparations à l’armoise près d’un sanctuaire …

De l’armoise a également été détectée dans deux des 12 micro-vases (fig. 3) analysés et découverts par centaines dans un contexte du IIIe s. ap. J.-C., à proximité d’un sanctuaire antique à Saint-Dizier (Haute-Marne). Associée à des graisses animales et des traces de vin, il s’agit manifestement d’une préparation spécifique, de type onguent, à visée thérapeutique. L’alcool du vin servant à extraire la substance active de la plante ; la graisse animale constituant l’excipient.

… et dans la tombe d’un médecin en Bretagne insulaire

Les pollens d’Artemisiavulgaris L. ou d’Artemisia absinthium L. ont également été détectés dans un bassin en bronze découvert dans la tombe d’un médecin située à Stanway (Colchester), datée du milieu du Ier s. de notre ère (fig. 4). L’utilisation à des fins médicales de ces bassins, munis d’un filtre et d’un semi-couvercle, étant attestée par une inscription dédicatoire à Mercure sur le couvercle d’un exemplaire4, permet d’identifier le contenu du bassin de Stanway à une préparation de type décoction.

Fig. 4 : Vue générale de la tombe du médecin de Stanway (Colchester). Le bassin en bronze contenant une décoction d’armoise est écrasé sur la photo (en bas à droite). Aperçu de son fac simile (en haut à droite). D’après : Tsigarida et al., 2011, p. 22 et 24.
Fig. 5 : Enluminure de la fin du XIIe s. symbolisant la transmission des connaissances par un don végétal. La déesse Artémis/Diane offre les pouvoirs et remèdes des armoises au centaure Chiron, qui aurait été le premier à mettre au point une médication à partir de ces plantes. Cliché : Londres, British Library, Sloane, 1975, f. 17v. D’après : De Merode, 2019, fig. 18. <http://www.koregos.org>

De l’utilité thérapeutiques des armoises

Présente dans la médication depuis l’époque hippocratique5), l’armoise témoigne de la transmission des savoirs thérapeutiques. Plantes féminines par excellence, rendant hommage à Artémis (fig. 5), déesse protectrice des femmes et de l’accouchement (Pline, H.N., XXV, 366), les armoises ont été très utilisées durant l’Antiquité pour leurs propriétés emménagogues7 et abortives (Soranos, Gyn., I, 19, 64 ; III, 32, 38, Oribase, X, 2), mais elles sont également fébrifuges, toniques, digestives et vermifuges et entrent dans la composition de remèdes contre l’aménorrhée, les infections urinaires, la fatigue, les vertiges et les spasmes (Pline, H.N., XXVI, 908). Pour Dioscoride, c’est surtout la graine qu’il convient d’utiliser. Il mentionne notamment une préparation à base d’huile – comme ici : une décoction incorporée à de l’huile de roses9 qui est bonne à ceux qui ont l’estomac très affaibli par une longue maladie (M.M., III, 2410). Pilée dans de l’huile d’iris, et appliquée en pessaire, elle guérirait les affections de la matrice selon Pline (H.N., XXVI, 90). Scribonius Largus l’intégrait dans une composition pour les problèmes intestinaux, les règles et l’érysipèle (Comp., 106).

Le vase à pharmaka de la maison du chirurgien de Rimini

La dimension thérapeutique des préparations à base d’armoise, qu’elle soit d’usage interne (boisson) ou externe (onguent) est illustrée par un vase à médicament (pharmaka) découvert dans la maison du chirurgien de Rimini (Italie), du IIe s. de notre ère (fig. 6). Écrite en grec, l’inscription en donnait le contenu, précisant l’espèce de la plante : « ABPOTONOY »11 (Saint-Lager, 1899, p.132) (Artemisia abrotanum L.), abrotano (en Italien) ou aurone (en français)12.

Fig. 6 : Vase en terre cuite de la Maison du chirurgien de Rimini porteur de l’inscription grecque « ΑΒΡΟΤΟΝΟY » (Artemisia arbrotanum L.), l’aurone. (Gazzaniga, 200913). Crédits : Soprintendenza per i Beni Archeologici dell’Emilia-Romagna.
Fig. 7 : Détail du graffiti du gobelet de Bourges et de l’aurone, Artemisia abrotanum L. Cliché 1 : S. Linger-Riquier, Inrap ; cliché 2 : Jcech (source : https://api.telabotanica.org/img:000677211CRS.jpg).

Un graffiti végétalisant représentant l’aurone ?

L’aurone (Artemisia abrotanum L.) est une plante caractérisée par des rameaux grêles divisées en lanières, aux feuilles alternes distiques et linéairement découpées… Ainsi, tant l’inscription du vase à pharmaka de la maison du chirurgien de Rimini que la détection chimique d’une Astéracée dans le gobelet de la sépulture de Bourges permettent de confirmer l’importance médicale de cette plante, en Gaule comme en Italie du nord, et d’établir un lien entre cette plante et le graffito du gobelet qui parait la représenter (fig. 7).

Plutôt que l’allusion imagée d’un cognomen14 (Saint-Lager, 1899, p.132) , cette marque constituerait donc une sorte d’étiquetage désignant le produit actif de la préparation médicinale contenue dans ce vase, qui serait ici, contrairement à l’exemple des fameux pots à lykion15, une préparation non générique, adaptée à la pathologie du malade. Replacée dans son contexte, la représentation imaginée du contenu permet de suggérer que l’auteur et/ou le malade à qui le remède était destiné, n’étai(en)t pas lettré(s).

L’aurone (Artemisia abrotanum L.) dans la thérapeutique antique et médiévale

L’abrotonon16, aurone ou citronnelle Arquebuse (fig. 8), possède des propriétés similaires à celles de l’Absinthe, mais à un degré moindre cependant. Mentionnée sans détail par Théophraste (Histoire des Plantes, I, 9) dès la fin du IVe s. av. J.-C., Celse intègre l’aurone parmi les substances diurétiques (Traité de médecine, III, 21), détersives (V, 5) et discussives (V, 11)17. Il s’agit pour Dioscoride d’une plante mâle, dont la graine pilée, crue et cuite en eau, est prise en breuvage car elle est bonne contre les convulsions, les hernies, les sciatiques, la difficulté d’uriner et en tant que régulatrice du cycle menstruel. En onction avec de l’huile, elle serait bonne contre les tremblements et les frissons (M.M., III, XXV). Bue en vin, elle sert également de contrepoison à tous les poisons et les morsures de serpents, de scorpions et les araignées phalanges (M.M. commenté par Matthiole, III, XXV). Nicandre de Colophon la fait entrer parmi ses plantes alexitères18, en particulier dans son antidote contre l’intoxication à l’aconit (Alexipharmaca, 46) (Jacques 1955 : p.12)19.

Fig. 8 : Abrotonon, figuré dans le Dioscoride de Vienne, folio 23v. <https://uses.plantnet-project.org>.
Fig. 9 : Abrotanum off. (Artemisia Abrotanum). D’après Vietz, 1800, Icones Plantarum Medico-oeconomico-technologicarum, tab.1. (source : https://uses.plantnet-project.org/).

L’aurone figure dans le Capitulaire carolingien de Villis (vers 810), qui ordonne l’établissement de jardins botaniques dans toutes les villas impériales pour la culture des plantes utiles. Elle est également listée parmi les 24 simples de l’Hortulus de Walafrid Strabon (827), pour son action fébrifuge et les injures de la goutte20 et elle reste très recommandée au Moyen Âge pour ces nombreuses propriétés (Fournier, 1947, p.104-105). Au XVIIe s, elle entrait notamment dans le fameux « Vinaigre des 4 voleurs21 » pour se protéger de la peste. À la même époque, l’« Hippocrate anglais » Thomas Sydenham22 faisait entrer de la cendre de feuilles d’aurone dans une préparation à base d’huile d’amandes et de laurier pour former un onguent destiné à traiter la teigne23).

La pharmacopée actuelle préconise notamment une friction d’huile essentielle d’armoise diluée dans de l’huile végétale sur les parties douloureuses du corps, du fait de fatigue, de contractions musculaires ou d’une affection telle que les rhumatismes24.

Une attestation archéologique des données textuelles

La chimie organique offre enfin accès aux contenus des vases et permet d’identifier des préparations à caractère thérapeutique, indétectables en l’absence de tout élément matériel (ustensile spécifique, résidus visibles). Le gobelet de Bourges permet de retisser le lien qui unissait un soignant et son malade, grâce aux sources historiques relatives à la médecine et sa mise en œuvre par un médecin (à Rimini) ou une médecine plus populaire, peut-être dispensée par un milieu féminin, source de savoirs et de transferts ancestraux, dans la Gaule de l’Antiquité tardive (Frère, sous presse).

Au-delà de ces considérations, on soulignera la présence de ces remèdes déposés dans les tombes, auprès des défunts. Ces données nouvelles, encore peu exploitées, nécessitent de continuer la recherche d’autres dépôts médicinaux en contexte funéraires afin de pouvoir en évaluer la fréquence et la signification. Pour revenir au gobelet de Bourges, la lecture du De materia medica de Dioscoride permet envisager qu’il avait contenu, soit une préparation huileuse destinée à être bue pour soutenir un estomac très affaibli par une longue maladie, soit un mélange destiné à des onctions contre les tremblements et les frissons.

Bibliographie

  • AHÜ-DELOR, Anne, BOCQUILLON, Hervé, GARNIER, Nicolas… [et al.] (2014). Des centaines de micro-vases découverts sur une voie à Saint-Dizier, Bettancourt-la-Ferrée, « Parc d’activités de référence Nord Haute-Marne », SFECAG, Actes du Congrès de Chartres, 2014, p. 719-736.
  • ANDRÉ, Jacques. (1956). Lexique des termes de botanique en latin, Paris, Klincksieck, « Etudes et Commentaires, XXIII », 156, 343 p. in 8.
  • BADER, Pascal, DASEN, Véronique, JACKSON, Ralph… [et al.] (2011). L’identité du médecin et ses instruments, Archéo-Théma, 16, 2011, p. 15-29.
  • DE CAROLIS, Stefano, PESARESI, Valeria. (2009). Medici e pazienti nell’antica Roma : la medicina romana e la domus del chirungo di Rimini : atti del convegno internazionale, Rimini, 12 giugno 2008. Verucchio (Rimini) : P.G. Pazzini, 2009. Coll Historica (Napoli), 40.
  • DE MERODE, Lara. (2019). Entre mythologie et botanique. Dieux et héros dans les herbarii médiévaux, Koregos, Revue et Encyclopédie multimédia des Arts, sous l’égide de l’Acamédie Royale de Belgique, 2019. <http://www.koregos.org/en/lara-merode-entre-mythologie-botanique/14299/>.
  • DELAMARRE Jean, DELAMARRE Valery, GARNIER, Marcel. (1955). Dictionnaire des termes techniques de médecine, 6e édition Paris, 1932 (réed. 1955), 1195 p.
  • DURAND, Raphaël. (2005). La mort chez les Bituriges Cubes. Approches archéologiques et données biologiques d’une cité de Gaule romaine, thèse de Doctorat, Université Panthéon-Sorbonne – Paris I, 2005, 484 p.
  • FRÈRE, Dominique. (sous presse). Des philtres d’amour étrusques aux poisons des matrones romaines : le rôle des femmes dans la fabrication des pharmaka en Italie centrale (VIIème-IVème s. av. J.-C.), in Pernot, François, ViAL, Éric. (éd.), Poisons et philtres d’amour, sous presse.
  • FOURNIER, Paul-Victor. (1947). Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Omnibus, réed. 2010, 1056 p.
  • FOURRE, Alix (2007). Les graffiti de la nécropole tardive de Lazenay à Bourges (Cher), SFECAG, Actes du Congrès de Langres, 2007, p.403-409.
  • JACQUES, Jean-Marie (1955). Les « Alexipharmaques » de Nicandre, Revue des Études Anciennes, 57, 1955, n°1-2. pp. 5-35. <http://www.persee.fr/doc/rea_0035-2004_1955_num_57_1_3519>.
  • JACKSON, Ralph. (1997). An ancient British medical kit from Stanway, Essex. Lancet. 1997 Nov 15; 350 (9089) : 1471-3.
  • LAVRIEUX, Marlène, JACOB, Jérémy, LE MILBEAU, Claude …[et al.] (2011). Occurrence of triterpenyl acetates in soil and their potential as chemotaxonomical markers of Asteraceae. Organic Geochemistry, 42(11), p. 1315–1323. <https://hal.archives-ouvertes.fr/insu-02292350/>.
  • LECLERC, Henri (1928). L’Hortulus de Walafrid Strabus, Revue d’Histoire de la Pharmacie, 1928, n° 59,  p. 93-103. <https://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1928_num_16_59_10529 .
  • LINGER-RIQUIER, Sandrine, JAEGGI, Sandra, GARNIER, Nicolas…[et al.] (2016). Toubib or not toubib ?  À propos des analyses organiques de quelques vases en contexte funéraire en Touraine et en Berry (Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C.), SFECAG, Actes du Congrès d’Autun, 2016, p. 315-328. <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01773827>.
  • PETROVSKY, Richard (2015). Der römische Hortfund von Lingenfeld (Lkr. Germersheim, Rheinland-Pfalz), in  Della-Casa Philippe, Deschler-Erb  Eckhard (dir.) .  New Research on Ancient Bronzes : Acta of the XVIIIth International Congress on Ancient Bronzes. Zurich : Chronos Verlag, 2015, p. 227-234.
  • PLINE L’ANCIEN, LITTRÉ, Émile. (1877). Histoire naturelle de Pline : avec la traduction en français par par M. É. Littré. Tome 2. Paris : Firmin-Didot et Cie. <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c/f200.item>
  • SAINT-LAGER, Jean-Baptiste (1899). Histoire de l’Abrotonum. Annales de la Société botanique de Lyon, 24 (3-4) : 131-147. (Notes et Mémoires – Comptes-rendus des séances – 1899) <https://www.persee.fr/doc/linly_1160-6436_1899_num_24_3_4682>.
  • TSIGARIDA, Bettina, DASEN, Véronique, MANNIEZ, Yves…[et al.] (2011). L’identité du médecin et ses instruments, Archéo-Théma, 16, 2011, p. 15-29. Vietz, Ferdinand-Bernhard. (1800). Icones Plantarum Medico-oeconomico-technologicarum cum earum fructus ususque descriptione.

Pour citer ce billet : LINGER-RIQUIER, Sandrine & GARNIER, Nicolas. « L’armoise ou la transmission des savoirs thérapeutiques. » Dans AlThéRé, 27 novembre 2020, https://althere.hypotheses.org/801.

  1. https://www.persee.fr/docAsPDF/sracf_1159-7151_1993_act_6_1_944.pdf []
  2. 14 % des vases portaient une marque, épigraphique ou non []
  3. La source végétale du second vase n’est pas identifiée []
  4. « DEI MERCVRI » : Petrovsky, 2015, p. 231. []
  5. Hippocrate, De la nature des femmes, dans différents pessaires (32, 97, 109) ou préparations pour fumigation de la matrice : 109) (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6267166m/ []
  6. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c/f173 []
  7. Qui provoque ou régularise le flux menstruel des femmes. []
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k282082c/f200.item []
  9. Décoction de roses dans de l’huile d’olive, avec un peu de miel et de sel comme fixateur (M.M., I, 42). []
  10. https://www.biusante.parisdescartes.fr/ducourthial/debut.htm []
  11. Nom d’origine hellénique []
  12. Nous remercions Philippe Marinval de nous avoir signalé l’existence de ce vase. []
  13. Valentina Gazzaniga. « Le mani degli dei : i farmaci di Galeno ». In Stefano De Carolis, Ars Medica. I ferri del mestiere. La domus « del chirurgo »di Rimini. Rimini, Museo della città, 2009, p. 93-103, fig. 3 et 4 []
  14. Abrotonon était, en effet, un cognomen féminin d’origine hellénique. []
  15. https://www.persee.fr/doc/mom_0244-5689_1982_ant_12_1_1212 []
  16. Sur la cacographie du nom de cette plante, voir Saint-Lager, 1899. []
  17. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6298648j []
  18. Antidote, remède prévenant l’effet de poisons ingérés ; https://www.universalis.fr/dictionnaire/alexitere/ []
  19. Tiges coupées d’aurone dans du vin. []
  20. https://www.persee.fr/doc/pharm_0995-838x_1928_num_16_59_10529 []
  21. https://books.google.fr/books?id=luYOAQAAIAAJ&pg=PA302#v=onepage&q&f=false []
  22. https://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/sydenham.htm []
  23. https://uses.plantnet-project.org/fr/Aurone_(Cazin_1868 []
  24. https://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/armoise.htm#:~:text=L’huile%20essentielle%20d’armoise,%C3%A9viter%20d’irriter%20la%20peau []

Sandrine Linger-Riquier

Responsable du PCR Althéré (Alimentation et Thérapeutique en Région Centre. Recherches sur le contenu des récipients) / Inrap - UMR 7324 CITERES "Laboratoire Archéologie et Territoires" / Centre de recherches archéologiques Inrap - 525 avenue de la Pomme de Pin - 45590 Saint-Cyr-en-Val / sandrine.riquier@inrap.fr

3 réponses

  1. Riquier-Bouclet Christine dit :

    Article très complet et intéressant !

  2. Camille Amelin dit :

    Bonjour,

    Le contenu de cet article est particulièrement intéressant, de même que les deux articles précédents parus sur votre site. Cependant, la présentation en deux colonnes ajoutée à la colonne des partenaires brouille la compréhension du contenu, rendant celui-ci moins fluide. Serait-il possible de revenir à la présentation précédente, en paragraphes successifs, comme les deux articles précédents ?

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search