Des offrandes à manger et à boire au Bronze final, dans le Val de Loire ?

Par Sophie Lardé et Nicolas Garnier

Dans le Val de Loire, sur le site des « Terres de Saint-Germain » à Vienne-en-Val (Loiret), un habitat du Bronze final IIb (1150-1020 av. J.-C.) présente une fosse singulière : un dépôt de sept vases en céramique y a été soigneusement aménagé (fig. 1), tandis que l’environnement ne compte que des fosses comblées de rejets domestiques. Dans l’hypothèse d’un dépôt d’offrandes, chaque récipient a été analysé par le Laboratoire Nicolas Garnier (LNG) afin d’identifier les résidus organiques piégés dans les parois.

Fig. 1 : Les sept vases du dépôt de Vienne-en-Val « les Terres de Saint-Germain ». M. Noël, Inrap, 2016.

Le dépôt de vases

Les vases reposaient sur le fond d’une fosse oblongue d’environ 2 m sur 1,50 m d’envergure, vers son bord septentrional, et auraient été déposés lors d’un réaménagement de cette fosse (fig. 2 et 3). Une coupe (vase 1) et deux gobelets (vases 3 et 4) étaient positionnés seuls, et à plat, tandis qu’une jatte (vase 2) contenait le gobelet 7, lui-même surmonté du gobelet 5, dans lequel le gobelet 6 était parfaitement emboîté (fig. 4). La disposition des vases révèle des offrandes (vases déposés vides ou avec un contenu), mais le contexte reste inconnu (dépôt de fondation ou d’abandon de l’habitat, funéraire ou péri-funéraire, cultuel, etc. ?).

Fig. 2 : Les vases, dans leur position de découverte. S. Jean, SeDAL, 2010.
Fig. 3 : Localisation du dépôt dans la fosse, fouillée de moitié. S. Jean, SeDAL, 2010.
Fig. 4 : : Les vases groupés, fouillés en laboratoire. L. de Souris, SeDAL, 2010.

Les analyses

Les sept vases ont fait l’objet de prélèvements de faible quantité de poudre de céramique, qui ont été traités en suivant un double protocole d’extraction et d’analyse des extraits organiques par chromatographie en phase gazeuse couplée à une spectrométrie de masse (GC-MS) (fig. 5). Les analyses ont mis en exergue l’usage des produits de la ruche, de corps gras d’animaux non-ruminants, de produits laitiers, de pois (Pisum sativum), d’huile végétale siccative, de poix de conifère (probablement de sapin Abies sp.), peut-être de bière (acide oxalique), et surtout de jus de raisin noir fermenté, i.e. du vin rouge, présent dans six vases (les marqueurs de fermentation alcoolique du jus de raisin noir attestent clairement de la volonté de produire une boisson alcoolique). Elles indiquent une utilisation successive de produits pour un même vase et, selon l’abondance des marqueurs stables dans le temps, permettent de proposer l’hypothèse du dernier contenu du vase dont les parois auraient gardé le plus l’imprégnation.

Fig. 5 : Chromatogrammes du premier et du second extrait, obtenus à partir des imprégnations des parois internes de la jatte (vase 2) (extraits triméthylsilylés, analyse GC-MS, colonne Zebron 5MSi 18 m x 0.18 mm d.i. x 0.1 µm ép, détection EI 70 eV). N. Garnier, LNG, 2017.

Les 3 vases déposés individuellement se distinguent des 4 vases regroupés.

Coupe 1, gobelets 3 et 4

Des traces de corps gras d’animal non ruminant peuvent correspondre à des bouillons de viande. Dans les vases 1 et 3, de la cire d’abeille traduit, soit une imperméabilisation des vases, soit un dépôt de produits de la ruche, du miel en rayon par exemple (hypothèse privilégiée), dont seuls les marqueurs de la cire, hydrophobes, subsistent après l’enfouissement. Le gobelet 4 a accueilli une préparation à base de pois (bouillie ?), correspondant soit au dernier contenu soit à un contenu précédent.

Jatte 2, contenant les gobelets 5, 6 et 7

Ces quatre vases auraient tous été imperméabilisés avec de la poix de sapin. Ils ont contenu des produits laitiers, et du vin rouge en assez grande quantité. Par ailleurs, les trois gobelets présentent les mêmes imprégnations d’huiles végétales siccatives cuites résultant d’une préparation culinaire, possiblement des bouillons, ainsi qu’un même corps gras animal : ils ont donc reçu un contenu commun. La jatte a pu servir à la fabrication ou à la consommation de bière1, et les gobelets 6 et 7, à la seule consommation.

Un dépôt constitué de différents apports

Les combinaisons de contenus suggèrent que deux, voire trois dépôts distincts, ont été effectués (fig. 6). Elles correspondent aussi à la disposition spatiale des vases dans la fosse. Un apport rassemble la coupe 1 et le gobelet 3, ayant probablement contenu du miel mal purifié (dépôt A). Le gobelet 4 montre un contenu singulier à base de pois (par exemple, de la bouillie de pois), et constituerait peut-être un dépôt à part (dépôt B, plus hypothétique). Enfin, l’assemblage de la jatte et des trois gobelets (dépôt C), tous poissés, présente une originalité : il pourrait illustrer la séquence d’une cérémonie mettant en œuvre l’utilisation des produits laitiers et du vin rouge, successivement ou dans une même recette (préparation, consommation).

Fig. 6 : Restitution possible des dépôts A, B et C, rassemblant des vases présentant des contenus similaires entre eux mais différents des vases de(s) (l’) autre(s) groupe(s) – le dépôt B étant moins assuré comme dépôt individuel, il pourrait être associé au dépôt A. N. Garnier et S. Lardé 2020 ; clichés : S. Jean, 2010 et M. Noël, 2016.

Des offrandes pour quelle(s) fonction(s) ?

L’usage symbolique des substances biologiques est mis en lumière dans le dépôt du Bronze final, découvert à Vienne-en-Val, comprenant sans doute des offrandes alimentaires et des boissons alcoolisées. Cet usage répond-il à un événement particulier dans la communauté, lié au domaine funéraire, religieux, domestique ou social ? Est-il isolé ou révèle-t-il une spécificité, un rite ? Y aurait-il, par ailleurs, une symbolique propre associée à chaque produit biologique déposé ? Le développement de la recherche et des analyses en chimie organique dans différents contextes, et le dialogue avec d’autres disciplines de la bioarchéologie, élargissent le champ d’investigation et promettent une restitution de plus en plus fine des différents usages des produits biologiques, eux-mêmes, de mieux en mieux identifiés.

Bibliographie

  • GARNIER, Nicolas & VALAMOTI, Soultana Maria (2016). Prehistoric wine-making at Dikili Tash (Northern Greece): Integrating residue analysis and archaeobotany. Journal of Archaeologial Science74, 195-206. <https://doi.org/10.1016/j.jas.2016.03.003>.
  • LARDÉ, Sophie, GARNIER, Nicolas, FRÉNÉE, Eric & MERCEY, Florent (2019). Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne‐en‐Val (Loiret). : Des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ?. Bioarchéologie : minimums méthodologiques, référentiels communs et nouvelles approches. 4e séminaire scientifique et technique de l’Inrap, Nov 2019, Sélestat, France, 2019. ⟨hal-02879651⟩ <https://sstinrap.hypotheses.org/6089>.
  • LARDÉ, Sophie, GARNIER, Nicolas, FRÉNÉE, Eric & MERCEY, Florent (2017). Analyses d’un dépôt de vases de l’âge du Bronze final à Vienne-en-Val (Loiret), des offrandes alimentaires et du vin rouge pour quelle(s) fonction(s) ? Dans G. Auxiette, C. Mougne, R. Peake et F. Toulemonde (dir.), Autour de la table. L’alimentation à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer. Actes de la journée thématique de l’APRAB, vendredi 3 mars 2017, Musée d’Archéologie Nationale, 155-164, 2020, Bulletin de l’APRAB ; Supplément n° 6.
  • LARDÉ, Sophie (dir.) (2016). Occupations protohistoriques et antiques du XVe s. av. J.-C. au IVe s. ap. J.-C., Vienne-en-Val, « Les Terres de Saint-Germain », Centre – Val-de-Loire, Loiret (Rapport de fouilles). Pantin : Inrap Centre Île-de-France. <http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0142992>.
  • SOURIS DE, Laure (2011). « Les Terres de Saint-Germain », Vienne-en-Val (Loiret) : des occupations datées de l’âge du Bronze final. Revue Archéologique du Loiret35, 121-134.

Auteurs

Sophie Lardé – Inrap CIF
Nicolas Garnier – Laboratoire Nicolas Garnier, 32 rue de la Porte Robin, 63270 Vic-le-Comte

Pour citer ce billet : LARDÉ, Sophie & GARNIER, Nicolas. « Des offrandes à manger et à boire au Bronze final, dans le Val de Loire ? » Dans AlThéRé, 4 janvier 2021, https://althere.hypotheses.org/910.

  1. Cependant, l’acide oxalique détecté n’a pas d’interprétation encore sûre et validée par l’archéologie expérimentale. S’il est proposé dans la littérature comme marqueur de bière, nous resterons prudents sur cette hypothèse. []

Sophie Lardé

archéologue Inrap

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search