Un biberon hallstattien rempli de bouillie de céréale ?

Par Sandra Jaeggi

L’objet de cet article est un vase dont la forme singulière est communément appelée « biberon » par les archéologues. Selon mes travaux sur cet objet spécifique (S. Jaeggi-Richoz, à paraître), ce terme correspond aux définitions données par Émile Littré dans son Dictionnaire de la langue française (1873-1878) :

– Vase de porcelaine, de verre ou de métal, pourvu d’un bec plus ou moins allongé et avec lequel on fait boire les malades empêchés de boire avec un verre ordinaire.

– Petit appareil employé dans l’allaitement artificiel pour remplacer le sein maternel.

– « Biberons à tirer le laict des mammelles », selon la citation qu’il tire du médecin Ambroise Paré ayant exercé au 16e siècle (III, 639).

En céramique (il en existe en verre depuis l’époque romaine), il provient de Meung-sur-Loire, la Maison Neuve1 (fig. 1). Il est issu d’un contexte domestique, plus précisément d’un dépotoir lié à une petite occupation ténue et mal définie datée du Hallstatt C (800-600 av. J.-C.).
Peu de vases de ce type sont connus pour cette époque. On en connaît un provenant de Glisy, « Les Terres de Ville » près d’Amiens (Buchez, 2011), que les chercheurs ont daté vers 750 av. J.-C. (fig. 2). Comme le vase précédent, ce dernier a été retrouvé en contexte domestique, dans une fosse où se trouvaient d’autres formes de vases telles qu’un mortier et un tripode, ainsi qu’un outillage en os et en bois de cerf.

Fig. 1 : Biberon hallstattien de Meung-sur-Loire. Photo S. Linger-Riquier, Inrap.
Fig. 2 : Biberon de Meung-sur-Loire. Dessin : Eric Frénée, Inrap.

Fig. 3 : Biberon hallstattien de Glisy. Dessin : Stéphane Gaudefroy, Inrap.

Le vase de Meung-sur-Loire a fait l’objet d’analyses biochimiques du contenu par le LNG. Celles-ci ont révélé un produit laitier majoritaire, du squalène2), du vin rouge (raisin noir fermenté), des traces de résines de conifère, du millet, des traces d’acide ricinoléique, un corps gras d’origine végétale, des traces de cires végétales et de la subérine3.

Les analyses que j’ai pu faire réaliser par le même laboratoire (LNG) sur une quarantaine de vases biberons provenant du territoire de la Gaule datés de l’époque romaine (contextes funéraire, cultuel, domestique et artisanal) à l’exception d’un daté de l’époque laténienne (fig. 3) provenant d’un sanctuaire, permettent de tirer des parallèles en regard des substances découvertes.

Contrairement à ce qui peut être attendu d’un vase qualifié de biberon, selon la terminologie actuelle, les produits laitiers ne sont pas majoritaires dans la série gallo-romaine. La graisse d’animale ruminants ou non-ruminants y est le plus souvent identifiée. Un produit à base de fruit, généralement du raisin, fermenté ou non, est par contre omniprésent4. Les résines de conifères apparaissent aussi à plusieurs reprises. Il peut alors s’agir soit d’un ajout pour aromatiser le breuvage, soit l’indicateur d’une imprégnation des parois du vase, dans le but de l’étanchéifier, la résine se trouvant dans ce cas, dissoute dans le vin et donc involontairement présente dans la préparation. Plus rare est la présence de millet qui a éveillé mon intérêt et celui de Sandrine Linger-Riquier dans le biberon de Meung-sur-Loire, de même que les traces d’acide ricinoléique qui lui sont associées. Le millet est courant à l’époque romaine et, à des époques bien antérieures, en Grèce. Dans l’Oasis de Dahkleh en Égypte romaine, il a été identifié par les analyses isotopiques sur des ossements d’enfants âgés d’environ 6 mois (Dupras, Schwarcz & Fairgrieve, 2001). Le millet étant présent dans les cultures environnantes, les chercheurs ont toutefois estimé que les marqueurs du millet indiquaient non pas la consommation de ce type de céréale par les enfants, mais l’absorption du lait des animaux qui s’en étaient nourris (vaches et chèvres). Leur argument est que les enfants étaient alors trop jeunes pour avoir été nourris de céréales. Cette hypothèse peut néanmoins être relativisée sur la base du traité pédiatrique et gynécologique de Soranos d’Éphèse dans lequel le médecin s’insurge contre les femmes : « […] pressées […] qui, dès le quarantième jour, essaient de donner des céréales à manger (si elles agissent ainsi c’est surtout parce que l’allaitement est pour elles une corvée) »5. Un autre texte plus tardif soutient mon objection. Il s’agit de l’une des rares hagiographies (vie d’un Saint) relatant l’enfance du Saint martyre Théodore le Conscrit6.

Le texte rapporte que l’enfant survit à sa mère morte des suites de sa naissance, ce qui amène le père à devoir chercher une nourrice. Faute d’en trouver une chrétienne, qui aurait alors garanti la transmission par le sein des « bonnes valeurs », son père l’alimente par le moyen d’un vase « en forme de sein », rempli d’une bouillie de céréales cuite dans de l’eau et à laquelle du miel a été ajouté :

La patrie du Saint et Grand Martyr Théodore était le pays du soleil levant ; et cet homme, lui aussi, avait la noblesse des fils de l’Orient”. Son père s’appelait Erythrios et sa mère Polyxène. Cette dernière étant morte en couches, le père, ne trouvant pas de nourrice chrétienne, chercha à faire nourrir le bébé de façon artificielle. Aussi, après avoir mondé des grains de blé et broyé des grains d’orge, et les avoir fait cuire ensemble en les délayant dans ce qu’il fallait d’eau et de miel, il en mit la quantité voulue dans un récipient en verre présentant la forme d’un mamelon. Le nourrisson le prenait dans sa bouche comme si c’était un sein et en aspirait le jus avec délice comme si c’était du lait.

Vindobonensis theologicus graecus 60 (XIIe siècle).

Ces deux textes montrent bien qu’il était de coutume d’introduire des céréales très tôt dans la diète du nourrisson que ce soit à l’époque impériale ou plus tard, pour des raisons soit de commodité, soit de nécessité. Des analyses isotopiques réalisées sur le site de l’Isola Sacra (port d’Ostie, époque romaine (Prowse et coll., 2005), et dans la Londres romanisée démontrent toutefois moins d’empressement : les céréales sont partie intégrante de la nourriture des enfants, mais pas avant l’âge du sevrage, estimé respectivement aux environs d’une année, et de 2 ans et demi (Redfern, Millard & Hamlin, 2012).

Dès lors, le croisement des analyses biochimiques, isotopiques et des sources textuelles nous permettent d’envisager que le biberon de Meung-sur-Loire avait contenu une sorte de bouillie réalisée à base de lait et de millet7, à laquelle ont été ajoutés du vin, de la résine et des huiles végétales dont peut-être de l’huile de ricin (acide ricinoléique)8. Drôle de recette de cuisine ! Cependant, identifié à l’état de trace et associés à des marqueurs de céréales, l’acide ricinoléique est ici interprété sans ambiguïté comme le reflet d’une pourriture des céréales par un champignon de type ergot (Claviceps purpurea). Ce dernier affecte de nombreuses graminées, comme le seigle mais également le blé, l’orge, l’avoine, le vulpin etc. Connu pour ses effets hallucinogènes, ce champignon aurait-il été ajouté sciemment à la préparation, peut-être pour étourdir ou soulager un enfant ou faciliter un accouchement ?

Qu’il ait été utilisé pour un enfant ou un adulte malade, le biberon hallstattien, par son contenu, il est remarquable de constater qu’il rejoint le type de substances retrouvées dans les biberons des mondes laténien et gallo-romain. En effet, une telle diversité d’ingrédients est observée dans la plupart des quarante biberons analysés. La présence de substances, telles que l’ergot des céréales (volontaire ?), d’une décoction de feuille de chêne, ainsi que de pinacées dans les vases biberons, notamment, nous ont conduits à interpréter ces contenus comme des préparations médicinales plutôt que comme des mélanges alimentaires, ou encore des substances uniques, qui se seraient succédées dans le temps au fil des emplois du vase (Linger-Riquier et coll., 2016).

L’on peut par contre difficilement identifier le destinataire du contenu : enfant ou adulte, il était en tous les cas probablement souffrant…

La mise au rebut du petit vase de Meung-sur-Loire est peut-être due à une cassure, mais on peut aussi envisager que l’individu malade se soit rétabli et n’en avait plus l’utilité : il était en effet déconseillé (selon les médecins hippocratiques du moins) de réutiliser les récipients ayant contenu des substances médicamenteuses. Cela valant pour une autre époque, postérieure de près de deux siècles, il convient de rester prudents. Néanmoins, la « similitude » des contenus des biberons de l’Hallstatt à l’époque romaine, en passant par La Tène, suggère une longue durée des pratiques de soins, dont les méthodes et les agents du transfert restent à considérer.


Bibliographie

BUCHEZ, Nathalie. (2011). La Protohistoire ancienne. Recherche et fouille de sites de l’âge du Bronze à La Tène ancienne sur les grands tracés linéaires en Picardie occidentale : questions méthodologiques et résultats scientifiques. Revue archéologique de Picardie, 3-4, 121-199. Disponible en ligne sur <https://www.persee.fr/doc/pica_0752-5656_2011_num_3_1_3262> (consulté le 2 avril 2021).

DUPRAS, Tosha L., SCHWARCZ, Henri P. & FAIRGRIEVE, Scott I. (2001). Infant Feeding and Weaning Practices in Roman Egypt. American Journal of Physical Anthropology, 115 (3), 204–212. <https://doi.org/10.1002/ajpa.1075>.

EVERSHED, R. P. (1993). Biomolecular archaeology and lipids. World archaeology, 25 (1), 74–93. Disponible en ligne sur <https://www.jstor.org/stable/124755> (consulté le 2 avril 2021).

JAEGGI-RICHOZ, Sandra (à paraître). Du sein au biberon : culture matérielle et symbolique de l’alimentation des tout-petits en Gaule romaine. Turnhout : Brepols.

JAEGGI, Sandra, WITTMANN, Alain, GARNIER, Nicolas & FRERE, Dominique (coll.). (2015). « Biberon or not biberon ? Les analyses biochimiques de contenus et la question de la fonction de vases gallo-romains communément appelés biberons ». Dans Actes du congrès de la SFECAG, Nyon, 14 – 17 mai 2015 (p. 561-576). Marseille : SFECAG. Disponible en ligne sur <https://www.researchgate.net/publication/315117797> (consulté le 2 avril 2021).

PROWSE, Tracy L., SCHWARCZ, Henri P., SAUNDERS, Shelley R., MACCHIARELLI, Roberto & BONDIOLI, Luca. (2005). Isotopic Evidence for Age- Related Variation in Diet from Isola Sacra, Italy. American Journal of Physical Anthropology, 128 (1), 2-13. <https://doi.org/10.1002/ajpa.20094>.

REDFERN, Rebecca C., MILLARD, Andrew R. & HAMLIN, Christine. (2021). A regional investigation of subadult dietary patterns and health in late Iron Age and Roman Dorset, England. Journal of Archaeological Science, 39 (5), 1249-1259. <https://doi.org/10.1016/j.jas.2011.12.023>.

RIQUIER, Sandrine, N. Garnier, E. Dodinet, and S. Jaeggi, « TOUBIB OR NOT TOUBIB ? À propos des analyses organiques de quelques vases en contexte funéraire en Touraine et en Berry (Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C.) », in Actes du congrès de la SFECAG (Autun 5-8 mai 2016), Marseille, 2016, p. 315-328.


Pour citer ce billet : JAEGGI, Sandra. « Un biberon hallstattien rempli de bouillie de céréale ? » Dans AlThéRé, 6 avril 2021, https://althere.hypotheses.org/982.


Notes
  1. Fouille Inrap 2018, sous la direction de J.-P. Gay (rapport en cours). []
  2. Encore sujette à question, l’identification de squalène dans les vases archéologiques est pour l’heure interprétée par Nicolas Garnier comme provenant soit d’une couenne animale (il est important dans les peaux à sébum), soit de l’olive, soit d’un produit laitier ce qui ici justifierai sa présence (voir notamment Jaeggi, Wittmann & Garnier, 2015 ; Evershed, 1993 []
  3. Caractéristique des corps fibreux/ ligneux de type écorce, tige, racine, cette substance nous fait pencher pour l’association aux glumelles des grains du millet, qui vont avec la cire végétale. []
  4. Les autres types de fruits pressés sont riches en acide malique, ce qui peut correspondre à de nombreuses espèces (voir Riquier et coll., 2016). []
  5. Soranos d’Éphèse, Maladies des femmes II, 17. []
  6. Les versions qui nous sont parvenues sont datées des XI-XIIe siècles. Néanmoins, il est fort probable que le texte soit antérieur puisqu’il relate la vie d’un Saint martyre qui a vécu entre la fin du IIIe siècle et le début du IVe siècle. []
  7. Nicolas Garnier rejette la possibilité que le millet se soit trouvé originellement dans le lait, en raison de la taille des molécules, trop grosses pour passer à travers toutes les parois cellulaires et se retrouver dans le lait. Communication orale pour laquelle je le remercie d’avoir pris le temps de me répondre. []
  8. L’acide ricinoléique a été identifié dans d’autres biberons, dont l’un provenant d’une tombe d’adulte de Zurzach, et l’autre de la riche villa romaine d’Orbe (les deux endroits sont en Suisse) ; voir Jaeggi-Richoz, à paraître. []

Inrap

Carine Carpentier / Chargée du web scientifique / Inrap - Direction scientifique et technique / carine.carpentier@inrap.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search